Sélectionner une page

Construire sa maison : le gros œuvre et le second œuvre par Francelot

Suivre les travaux lors de la construction de votre maison

Vous souhaitez suivre votre chantier de construction ? Voici quelques conseils de Francelot, aménageur immobilier et spécialiste de la vente de terrains viabilisés. Avant toute chose, deux obligations légales sont à respecter : afficher en évidence le permis de...

Obtenir son permis … de construire !

Eh oui, même pour construire une maison on a besoin d’un permis. Le permis de construire est un document délivré par les services administratifs de la région où vous souhaitez vous installer. Il atteste que votre projet respecte les règles  d’urbanisme en vigueur de...

Construire une maison est une opération de grande envergure assez complexe et un projet important dans une vie. Elle passe par différentes étapes qui font intervenir plusieurs corps de métier. Connaître ces différentes étapes peut être très utile pour les futurs propriétaires pour qui les visites sur le chantier sont essentielles. Mais le parcours pour faire construire sa maison ne se résume pas qu’à ces étapes techniques, il est aussi important, en tant que particulier, de bien planifier son projet (financement, recherche de terrain, etc.).

Les différentes étapes de la construction d’une maison

Le gros œuvre

Qu’appelle-t-on le gros œuvre ?

Il s’agit de la réalisation de l’ensemble des ouvrages principaux d’une habitation, ceux qui constituent son ossature.

  1.    Le terrassement :

Tout commence avec le terrassement qui consiste à réaliser une plateforme sur le terrain de façon à ce que la maison individuelle puisse reposer sur une structure solide.

  1.    L’excavation :

Cette opération consiste à creuser l’emplacement de la future maison ainsi que des tranchées utilisées pour les raccordements aux réseaux locaux (eau, électricité, etc.). L’excavation est réalisée avec l’aide d’un géomètre qui va définir la profondeur du trou à creuser de telle sorte que la fondation soit hors gel, c’est-à-dire à une profondeur où le sol ne gèle pas par temps froid.

  1.    Les fondations :

C’est l’ensemble des ouvrages enterrés sur lesquels reposent une construction. Elles assurent la stabilité du bâtiment. Les fondations sont réalisées par des maçons qui vont couler un béton de propreté dans le trou et installer un ferraillage.

  1.    Le soubassement :

Ce sont les premières briques que l’on pose et qui seront encore enfouies sous la terre. Elles peuvent permettre de créer un sous-sol ou un vide technique, c’est-à-dire un espace entre les fondations et le plancher de la maison, ce qui permet une meilleure isolation thermique et hydrique. Il est possible de réaliser des fondations de type terre-plein où le dallage repose sur un hérisson. Cette technique signifie que le rez-de-chaussée repose directement sur les fondations. Bien sûr, il ne faut pas oublier les accès pour les raccordements aux réseaux locaux.

  1.    Réalisation du plancher du rez-de-chaussée :

Une fois le soubassement terminé, il convient de fabriquer le plancher du rez-de-chaussée. Pour ce faire, des poutrelles sont disposées sur les briques. Ce sont des poutrelles de béton qui renferment des câbles d’acier torsadés.

L’espace entre deux poutrelles est défini en fonction de la taille des hourdis (éléments creux généralement constitués de béton mais parfois de terre cuite, de polystyrène ou de bois aggloméré). Les hourdis se posent sur les rebords des poutrelles. Par-dessus, un treillis métallique est posé et une dalle de béton est coulée. Le treillis métallique permet de renforcer le béton qui devient alors du béton armé. Ainsi, la dalle formée constitue le plancher du rez-de-chaussée.

  1.    Elévation des murs

Les murs peuvent maintenant être montés. Ici, la méthode dépend du type de matériaux de construction choisi. Il peut s’agir :

  • De parpaings: blocs de béton creux qu’on appelle aussi agglos ou moellons, qui ont l’avantage de posséder une bonne résistance à l’usure et aux intempéries. Il est peu coûteux mais, par contre, c’est un très mauvais isolant thermique mais il est imperméable à l’humidité ;
  • De briques creuses en terre cuite qui sont perméables à l’humidité et qui possèdent une bonne résistance thermique ;
  • De briques Monomur (briques alvéolées en terre cuite) qui possèdent de bonnes performances énergétiques mais qui sont assez coûteuses. En plus, la pose de ces briques est plus compliquée ;
  • De briques en béton cellulaire ou thermopierre qui possèdent également de bonnes performances énergétiques.

De nos jours, comme le précise Francelot, ce sont surtout des briques creuses qui sont utilisées. Elles sont fixées entre elles avec une fine couche de mortier colle qui permet de former un joint très fin qui améliore donc l’isolation thermique.

Au niveau des portes et des fenêtres, on installe dans la partie supérieure de la baie, des linteaux qui servent à soutenir les éléments qui se trouvent au-dessus puis on va rajouter encore un plancher supérieur.

  1.    Réalisation du plancher supérieur

On dispose donc des poutrelles maintenues par des étais qui permettent de soutenir provisoirement le plafond puis on dispose les hourdis sur les poutrelles, en pensant, bien sûr, à laisser une ouverture pour faire passer un escalier, si nécessaire. Enfin, on va faire couler une dalle de béton comme pour le plancher du rez-de-chaussée.

Il ne reste plus qu’à fabriquer un toit.

  1.    Le toit : réalisation de la charpente et de la couverture

La charpente est de l’ensemble des pièces de bois qui portent la couverture. Il s’agit de son squelette. C’est un élément indispensable, car au-delà de supporter la toiture, elle répartit les charges verticales de la maison individuelle et intervient dans la solidité de la structure.

Comment est réalisé un toit ?

Prenons l’exemple des toits en bâtière, c’est-à-dire un simple toit à deux pentes.

Il convient donc de monter aux deux extrémités de la maison des briques en forme de triangle. Cette structure triangulaire s’appelle un pignon. Ensuite, on installe la charpente. Les bois de charpente sont préalablement traités contre les attaques les plus courantes comme les termites, les capricornes, les champignons, etc. Les premières poutres en bois qui sont posées, sont appelées pannes. Il s’agit des poutres horizontales. Ce sont sur ces pannes que vont reposer l’ensemble de la structure du toit :

  •     Les pannes sablières sont fixées sur les murs à la base du versant de la toiture ;
  •     La panne faîtière est posée au sommet de la charpente ;
  •     On peut éventuellement rajouter des pannes intermédiaires.

Verticalement aux pannes, on fixe des chevrons qui sont des poutres plus fines que les pannes. Sur ces chevrons sont cloués des baguettes de bois, nommées liteaux. Ils sont posés horizontalement et doivent avoir un écartement régulier qui est défini par le type de couverture qu’ils doivent supporter.

Ensuite, vient la pose de la couverture, c’est-à-dire l’agencement de matériaux recouvrant le bâtiment pour le protéger des intempéries. On peut choisir différents types de matériaux comme les tuiles en terre cuite ou en béton, le shingle ou bardeau bitumé, l’ardoise naturelle ou artificielle.

La pose de la couverture confère au bâtiment le statut hors d’eau puis la pose des portes et des fenêtres extérieures confère au bâtiment le statut hors d’air.

Le second œuvre, la finalisation des travaux

Qu’appelle-t-on le second œuvre ?

Il s’agit de tous les ouvrages qui viennent se poser sur l’ossature de la maison, et qui permettent de la rendre habitable.

Durant le second œuvre, vous ferez appel :

  • À l’électricien pour procéder à l’installation du circuit électrique de la maison,
  • Au plombier pour réaliser les systèmes d’arrivée et d’évacuation de l’eau,
  • Au chauffagiste pour installer les équipements de chauffage.

Suivront ensuite la réalisation de l’isolation sur les murs, les plafonds, le toit et le revêtement des murs avec de l’enduit ou du plâtre. Les dernières étapes consistent à équiper et à embellir la maison, éventuellement à installer un escalier s’il y a un étage, et en la pose de carrelage, de linoléum, de moquette ou autres sur les sols. Pour finir, l’étape la plus importante : la décoration.

L’avis et les conseils de Francelot pour faire construire sa maison en toute sérénité

Connaître toutes ces étapes de construction lorsque l’on est un simple particulier peut être très utile lors des visites sur le chantier. Comme le précise Francelot, il est ainsi plus facile de repérer les malfaçons ou les défauts de construction.

Pour réaliser ce chantier important, qui prend en général entre 9 et 12 mois, il est nécessaire de faire appel à des professionnels sérieux. Il est d’ailleurs vivement conseillé de demander plusieurs devis afin de les comparer. De même, chaque professionnel doit être en mesure de fournir au particulier certains justificatifs comme leur souscription à la garantie décennale ou à la garantie de parfait achèvement. Enfin, il ne faut pas hésiter à souscrire à l’assurance dommage ouvrage qui sert à couvrir les particuliers en cas de dommages causés durant le chantier.

Bien sûr pour faire construire sa maison, Francelot recommande de faire un point sur les capacités de financement (prêt à taux zéro, taxes, etc.) et sur le terrain idéal (proximité avec les commodités, superficie, etc.).

Contact