Sélectionner une page

Construire sa maison nécessite plusieurs démarches. La question du financement de son achat est une des plus importantes. A moins de disposer de la somme totale, l’acheteur devra s’adresser à un établissement bancaire pour contracter un prêt immobilier, une démarche qui nécessite la préparation d’un plan de financement. Francelot, aménageur immobilier, vous présente les principales étapes du financement de votre maison individuelle.

L’apport personnel

Bien que non indispensable, l’apport personnel est très largement encouragé lorsqu’on s’apprête à solliciter un prêt immobilier. Il peut avoir plusieurs sources : une épargne, un héritage, la vente de son logement actuel, etc. Pour les primo-accédants, le prêt à taux zéro peut constituer un apport personnel. Un bon apport représente entre 10 et 20% du prix du bien. Plus l’apport est important, plus le prêt est facilité et plus le taux d’intérêt accordé est intéressant. A noter qu’un prêt immobilier est envisageable sans apport, soit un financement à 100%, à condition de présenter un dossier solide.

Evaluer sa capacité d’endettement

Cela revient à déterminer la somme mensuelle consacrée au remboursement du prêt. Cette somme ne doit pas dépasser 33 % des revenus mensuels du ou des futurs acquéreurs.

Plusieurs paramètres sont à prendre en compte pour connaître votre taux d’endettement : les revenus nets mensuels, le montant de votre apport, la durée de remboursement du prêt et le taux d’intérêt accordé par la banque.

Vous pouvez ainsi évaluer le montant total du prêt et les mensualités de remboursement qui doivent être inférieures ou égales à 33 % de vos revenus mensuels.

Se renseigner sur les aides à l’achat, les conseils de Francelot

Pour l’aider à emprunter, un futur acquéreur peut bénéficier de plusieurs aides à l’achat cumulables : le prêt à taux zéro, le prêt action logement, le prêt conventionné, les prêts d’aide sociale et les prêts accordés par des collectivités locales.

Choisir entre taux fixe et taux fixe variable

Au moment d’interroger les banques, celles-ci demandent aux futurs acquéreurs de choisir entre taux fixe et taux variable. Chacun présente des points positifs et négatifs.

Avantage du taux fixe : déterminé au moment de l’accord de prêt avec la banque, il est le même tout au long de la durée du remboursement, il permet une visibilité à long terme sur la somme à rembourser et la durée de l’emprunt. Son inconvénient est qu’il est plus élevé que le taux variable et, en cas de renégociation, il entraîne des frais supplémentaires.

Avantage du taux variable : il est moins élevé que le taux fixe mais il fluctue en fonction des indices financiers.

Anticipez les frais annexes supplémentaires

Le coût d’un prêt immobilier ne peut être justement évalué sans inclure la totalité des frais à la charge de l’emprunteur. C’est ce qu’on appelle le taux annuel effectif global. Plusieurs frais annexes sont ainsi à prendre en compte : les assurances, les frais de dossiers, les garanties et les pénalités de remboursement anticipé.

Comparer les offres de prêt

Faire jouer la concurrence entre les établissements bancaires permet d’obtenir la meilleure offre, soit en faisant la démarche individuellement, soit en passant par un courtier. L’avis de Francelot est de ne pas oublier de comparer les offres en fonction du taux annuel effectif global évoqué précédemment.